Histoire des archives municipales

Le service Archives de la ville de Sceaux collecte et inventorie les documents contemporains produits par les services municipaux. Il conserve, communique et met en valeur les documents plus anciens afin d'aider à la compréhension de notre histoire locale. Il complète et enrichit les collections par

L’histoire des fonds des archives municipales se confond avec celle de l’administration communale.

Alors que la Révolution tente de mettre en place de nouvelles institutions, le conseil municipal de Sceaux se réunit encore à l’Eglise ou au domicile du maire. A partir de 1841, le conseil municipal décide de faire construire au cœur du village, place de l’Eglise, un édifice spécialement conçu pour « accueillir  les réunions de son assemblée ainsi que son personnel ». 

Au fil du siècle, l’accroissement des missions qui incombent à l’administration municipale ainsi que l’augmentation des effectifs municipaux poussent la Ville en 1886 à acheter au Département des Hauts-de-Seine le bâtiment qui servait autrefois de sous-préfecture. 

Depuis, les services municipaux demeurent au 122 rue Houdan.
 
Quant à la création du service, elle n’intervient qu’au début des années 1990. Elle répond à une volonté de la municipalité d’engager une politique active en matière de conservation et de mise en valeur du patrimoine. Dès 1991, la municipalité s’engage à rénover et à aménager une partie du sous-sol de la mairie en local archives. Les travaux se poursuivront jusqu’en 1993.

En 2004, la ville de Sceaux souhaite agrandir la mairie en construisant un bâtiment supplémentaire. Les archives sont alors déménagées rue du Four où elles resteront jusqu’en 2006 puis seront transférées dans les locaux appropriés du nouvel hôtel de ville.

Les divers déménagements, la Révolution française, la guerre de 1870-1871  ainsi que la rénovation des locaux ont malheureusement entraîné la destruction massive de nombreux documents et laissent aujourd’hui une collection lacunaire des archives.

Photo des registres des naissances sur une étagère
Photo des registres des naissances sur une étagère

Les registres paroissiaux et d’état-civil sont parmi les documents les plus consultés. Ils répertorient les baptêmes ou naissances, les mariages et les décès à partir de 1609 à nos jours. Il est possible d’admirer, au détour d’une page, la signature de Colbert pour deux baptêmes en 1679 et 1680 pour lesquels il est désigné comme le parrain ! Ces registres gardent le souvenir de deux mariages illustres à un siècle d’intervalle : celui de Bernadotte, futur roi de Suède et Désirée Clary (en présence de deux frères de Napoléon Bonaparte) en 1796 et celui de Pierre et Marie Curie en 1895.

Les registres de délibérations du conseil municipal sont également un gisement d’informations sur la vie de notre cité. A partir de 1789, ils retracent toute l’activité municipale jusqu’à nos jours. Les élections des différents maires de Sceaux y sont répertoriées et notamment du premier : Richard Glot en 1789.

À côté de ces documents manuscrits, les archives conservent aussi de nombreux documents figurés. Les plans anciens donnent à voir l’évolution du territoire de Sceaux notamment à travers les différents plans cadastraux de 1823, 1842, 1937 et 1970. 

La consultation des cartes postales anciennes (près de 400),  permet de retracer en images l'histoire de la ville et de faire resurgir les bâtiments, les parcs, les rues, les commerces tels qu’il étaient au début du 20e siècle.

La collection complète de notre magazine municipal Sceaux magazine (qui a eu pour ancêtres le Bulletin municipal officiel et le Bulletin municipal d’informations) est également conservée depuis le 1er numéro publié en 1960.