TCHITCHAGOFF Pavel Vassilievitch

Pavel Vassilievitch Tchitchagoff, né à Saint-Petersbourg en 1767; mort à Paris le 10 septembre 1849 est officier attaché à la personne du tsar Alexandre 1er qui lui confit des taches importantes. Ministre de la Marine, il s’efforce de la réorganiser, il est ensuite gouverneur des provinces

Pavel Vassilevitch Tchitchagoff est issu d’une famille de grande et très ancienne noblesse russe. Son père l’Amiral Vassili Tchitchagoff, très connu en Russie est l’un des protégés de l’impératrice Catherine. Pavel Vassilevitch Tchitchagoff débute dans la marine en 1782, sous le règne de Catherine II, est contre-amiral en 1796, ministre de la marine en 1802, et reçut, en 1812, le commandement de l'armée de Turquie et des principautés danubiennes. A cette même période, le tsar est préoccupé par l’invasion des troupes de Napoléon qui pénètre en Russie et rappelle Tchitchagoff et son armée pour couper la retraite aux Français qui reviennent de Moscou. Il ordonne à ce dernier de se tenir prêt à combattre sur terre. Alexandre 1er a nommé Koutousoff généralissime. Celui-ci n’entretient pas de bons rapports avec Tchitchagoff. En raison d’une mauvaise coordination entre le commandement des quatre armées russes censées encercler la retraite de Napoléon. Au moment crucial du passage de la Bérézina, Tchitchagoff se trouve seul avec 20 000 hommes contre Napoléon dont les forces sont supérieures. Il attend en vain Wilgenstein, Streingell, Koutousoff. Le gel soudain de la rivière et des marais environnants permet aux troupes de Napoléon de s’échapper. Une cabale orchestrée par Koutousoff rend l’Amiral responsable de cet échec. Néanmoins, le Tsar lui conserve son amitié, refuse sa démission et lui accorde un congé illimité avec solde entière. Meurtri par ces accusations, l’Amiral quitte la Russie, voyage en Europe et finit ses jours à Paris où il meurt.

A Sceaux

Tchitchagoff s’installe à Sceaux en 1822 où il achète la Maison de la Croix, une demeure du 18ème siècle agrémentée d’un grand parc. En 1826, il achète une concession au cimetière de Sceaux pour son frère Bazil Vassilevitch qui est mort à son domicile. L’amiral partage ensuite son temps entre la France et l’Angleterre où résident deux de ses trois filles. Il se fait naturaliser anglais. Il revend la propriété en 1842 à Adolphe Bertron. L’Amiral meurt en 1849 à Paris chez sa fille Catherine, comtesse du Bouzet et est inhumé aux cotés de son frère dans le cimetière de Sceaux.

Sa propriété reste dans la famille Bertron jusqu’en 1890 date à laquelle, elle est rachetée (réduite depuis la création de différentes rues) par Sylvain Château, qui fut maire de Sceaux. En 1823, la propriété est acquise par la « société civile du château de l’Amiral » société constituée pour lotir l’ensemble de la propriété. La SECFM (société d’éclairage, chauffage et force motrice), ancêtre de Gaz de France achète alors les parcelles contenant le bâtiment principal. Gaz de France ferme son agence de Sceaux en 2003 et la propriété est acquise par le Conseil Général des Hauts-de-Seine en 2005.